Bandes de Bollinger et chandeliers japonais : deux outils qui se complètent.

 

L’opérateur boursier avant de prendre position recherche la convergence de plusieurs signaux pour mettre de son coté un maximum de probabilités que le marché aille dans le sens de la position qu’il souhaite prendre.

Dans cet ordre d’idée, l’utilisation concomitante des Bandes de Bollinger et des chandeliers japonais est un outil précieux d’évaluation de la prise de position.

Nous supposons connus, pour cet article, les bandes de Bollinger et   les chandeliers japonais. Pour les lecteurs qui voudraient en savoir plus ou s’initier vous pouvez consulter par exemple le site : http://abcbourse.com

 

 

 

Il faut au préalable examiner la forme des bandes de Bollinger .

D’abord la moyenne. Est-elle plate, ascendante ou descendante ? Son orientation va déterminer la tendance (sur la période opérationnelle choisie). L’orientation de la moyenne va aussi orienter la forme et les déformations des Bandes de Bollinger. Et, donner une idée sur la volatilité sur la période donnée. Par exemple, une moyenne plate (voir graphique 1) va donner des bandes parallèles, elle-même plates. Voir ci-dessous à partir du 13 Février .AIR_LIQUIDEj

Graphique 1

 

 

Sans trop d’étonnement, on constate qu’une fois que les cours touchent la bande de Bollinger inférieure, un signe de retournement apparaît sous la forme d’un harami. L’objectif sera dans un premier temps, la moyenne de Bollinger.

SAINT_GOBAIN

Graphique 2

 

Sur le Graphique 2 on observe après le resserrement des bandes de Bollinger, la tendance devient baissière, elle fait semblant de se stabiliser mais   l’apparition d’un marobozu rouge collant à la Bande supérieure sonne le glas des espoirs. La moyenne redeviendra baissière et les bandes de Bollinger se déforment. Là aussi, le premier objectif est la moyenne et ensuite la bande inférieure.

 

Conclusion : il est important de regarder si à l’approche d’une bande de Bollinger (Quand celles-ci sont parallèles ou quasi parallèles) ou de la moyenne de Bollinger, on voit apparaître un signe de retournement. Si ce signe est présent, il y a de fortes chances pour que le mouvement s’inverse. Pour avoir plus de confirmation, il est souvent utile de passer à la période supérieure (5 fois l’unité de la période opérationnelle) et à la période inférieure (Unité de la période opérationnelle divisée par 5). La convergence à travers le temps d’information est souvent une confirmation qui permet de prendre des positions avec moins d’émotions.

Pour confirmer les retournements aux points indiqués, les indicateurs techniques se révèlent souvent très utiles.

Pour en savoir plus sur la convergence d’information, venez assister à la conférence qui aura lieu au salon du Trading le 20 Mars 2009. Tous les renseignements sont ci-dessous ou sur http://salonat.com.

 

 

Andréa Brignone